Forum RPG du monde de Dùralas, rejoignez nous !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
N'hésitez pas à nous rajouter sur Facebook ! Pour plus d'infos, voir ici.
Bonjour Invité et bonne visite sur Dùralas !
A partir du 25 août, les RP reprennent du service !
L'arrivée d'un nouveau Pnj, le Shaman..Voir ici
Bienvenue au dernier membre inscrit : Albami

Partagez | 
 

 Petite contre utopie pour un cours de français~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sakura Mitsuki
Voleuse
Voleuse
avatar

Profil personnage

MessageSujet: Petite contre utopie pour un cours de français~   Mer 25 Jan - 21:41

Collée à l'adolescente qui passa son ticket dans l'appareil, Nilliane se faufila dans le métro sans titre de transport. Délinquante de bas étage et voleuse à l'occasion, c'était en fait une jeune fille brune, petite, de seize ans qui se fondait parfaitement dnas la masse. Aujourd'hui, elle devait rentrer chez elle depuis l'internat devait donc emprunter le métro. Ayant la flemme de payer un ticket, elle passa "incognito" derrière la fille qu'elle ne connaissait absolument pas.

L'intérieur du "couloir" dans lequel on attendait le métro était sale et bondé. Saisissant sa chance en voyant, entendant surtout le métro arriver, Nilliane joua des coudes et pénétra le compartiment. Il y avait plein de monde. Des enfants soulevés par leurs parents pour qu'ils ne manquent d'oxygène, des vieillards qui avaient leur main serrée sur le poteau central comme si leur vie en dépendait, et des jeunes adultes qui revenaient des boutiques de Paris. Le véhicule tressautait sur les rails tandis qu'elle sortait de quoi écouter de la musique. Son sac était collé contre son corps dans l'espoir de ne pas être fouillé par un individu. Une station, puis deux passèrent. Le lieu se vidait lentement et elle commençait seulement à respirer calmement. La station qu'elle attendait arriva enfin et l'adolescente s'élança, se précipita vers la sortie.

"Excusez moi, Mademoiselle. Votre ticket s'il vous plait, demanda une voix froide et distance à Nilliane
-Mon ticket? Attends, je le trouve dnas mes poches" soupira la concernée

Elle avait une voix posée même si au fond, elle tremblait. Il lui semblait que la peine encourue était une amende d'à peu près 70€

"Mademoiselle, si vous n'avez pas votre ticket, je tiens à vous rappeler que la peine que vous encourez est d'une semaine de prison. C'est la nouvelle campagne de dépistage des futurs délinquants, lui rappela à l'ordre le contrôleur en uniforme
-Mais j'ai mon ticket! paniquait-elle
-Suivez-moi au poste, je vous prie. Vous aurez tout votre temps pour fouiller vos poches là-bas." lui dit froidement l'homme

Comprenant que son son plan allait tomber à l'eau, qu'elle ne pourrait s'échapper, Nilliane commença à courir dans la ville, dnas l'espoir de lui échapper. Malheureusement pour elle, deux policiers se tenaient à la sortie du métro et l'empoignèrent par les bras.

"Lachez moi! hurla-t-elle
-Avez-vous quelque chose à vous reprocher? lui demanda le premier
-Non.. Murmura l'adolescente, je suis juste en retard à un rendez-vous..
-Attrapez-la, elle n'a pas de ticket!" bégayait le contrôleur en arrivant, rouge et soupirant.

Brutalement, les hommes l'attrapèrent et la menèrent au poste. Une semaine passa tandis qu'elle se morfondait dans sa cellule. Des dizaines d'adolescents de son âge étaient avec elle. Le plus affligeant, de son avis, était celui qui avait insulté son professeur en cours et avait été mis en observation. Ensemble, ils discutaient de politique:

"Saviez-vous que la raison pour laquelle nous sommes tous ici est la réforme qui implique qu'à la moindre infraction commise par un jeune, il soit envoyé en prison?" déclara un jour l'un deux

A vrai dire, cette réforme indignait tout le monde. Mais, que pouvaient-ils faire face à l'Etat?
Les réformes passaient, de plus en plus strictes, interdisant le portable aux jeunes car "il les incitait à la violence", de même que les jeux vidéo, les livres, la télévision.. La vie n'était que pénible, à cause de ces réformes, mais personne ne se plaignait. Ils gardaient leurs forcent pour après, disaient-ils.


"Aujourd'hui, la loi qui vient de passer va changer notre monde!" Déclara la voix de la télévision

Tous étaient devant leur poste, à attendre les résultats. Le président avait décidé que son pays allait devenir une monarchie. Il avait, à l'aide de ses partisans, prit le contrôle des lieux de décisions, tels le Senat. Il avait de nombreux otages, tandis qu'il trônait sur son fauteuil, triomphant. Il hurlait, hystérique, tandis que son premier ministre et associé déclarait les nouvelles lois d'une voix monotone:

"Les enfants seront obligés d'aller à l'école jusqu'à leurs 18ans. L'âge de la majorité est passé à 21ans. A la moindre infraction commise, telle un bousculement dans la rue, venez nous prévenir. Faites ceci pour le bien de notre patrie bien aimée! [...]"


Voilà, c'est un petit texte, je l'avoue, mais on était quand même très limités en lignes. J'espère que vous avez apprécié et que vous pourrez m'aider à m'améliorer~
Sakura






♥️
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Petite contre utopie pour un cours de français~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Cours de français (confirmé)
» Faut-il un cours de littérature ou un cours de Français !
» Petite pensée pour le Japon
» Amphi pour les cours de Médecine
» Amphi pour les cours de Ninjutsu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dùralas :: Zone Flood & H.S :: Quartier des écrivains-